PhD School : Public conferences 1-3 june 2015 Lisbon

The Interdisciplinary PhD School “Making and Unmaking Religious Heritage. Conflict, Competition and Cooperation at Small Scale” will take place in Lisbon and Évora in Portugal during 5 days.

Open to PhD students and post-docs of social sciences and humanities working on religious and/or heritage matters.

The PhD School is funded by the Foundation for Science and Technology (FCT, Portugal) and the LabexMed (France). It involves researchers from the CIDEHUS-Universidade de Évora (Portugal), the FCSH-Nova (Portugal), the PhD Programme “Antropologia. Políticas e Imagens da Cultura e Museologia” (FCSH-Nova de Lisboa, CRIA, IELT, INET-MD, et ISCTE-IUL, Portugal), the IDEMEC (UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS), the TELEMME (UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS), the École française d’Athènes (Greece) and the École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez (Spain).

The PhD School aims at providing young researchers with theoretical and methodological tools to explore heritage-making processes carried out by religious or other groups, from an interdisciplinary and comparative perspective. Participants will address different topics from a large panel of Mediterranean and European case studies such as: entanglements between religion, politics and heritage-making; community agency; international collaboration in culture and heritage; heritage conflict and cooperation; social and political uses of the past.

What are the places and the role of religion in past and present heritage practices? How can religious and cultural minorities overpass the hegemonic status of dominating elites? Through heritage-making, what are the links and the frictions between local, national, and international tourism, intimate representations of cultural and self identity? How far can cultural heritage be considered as a peaceful or a conflict tool of inter-confessional and interethnic relationships? Which are the uses of heritage and tourist devices (archives, museums, private collections, and also theme parks and cultural mediation systems) in contemporary practices?

The conferences are open to the largest audience.

1 june 2015
Universidade Nova de Lisboa
Faculdade da Ciências Sociais e Humanas
Avenida de Berna, 26-C
Mº Campo Pequeno
Auditórium 1, Level 1, Tower B

17:00-17:30 Welcome address
17:30-18:30 Opening Conference
Cristina Sánchez Carretero

Pilgrimage and Low-Intensity Violence: The Role of Anthropologists as Heritage Mediators

I will use the case study of the pilgrimage of Santiago (route to Finisterre) to analyze the effects that pilgrimage is having on local populations. I’m using the philosopher Jullien and his concept of “silent transformations” to look at the role of anthropologists as heritage mediators.

2 june 2015
Faculdade da Ciências Sociais e Humanas

10:00-12:30 Places, competition and communities
Room 2, Level 4, Building ID

Pierre Sintès
(FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS)
Jewish memory in action in Rhodes (Greece)

 Coffee break

Sossie Andezian
(FR, Institut Interdisciplinaire du Contemporain, équipe LAHIC, UMR 8177 CNRS/EHESS)
Religious heritage in divided cities

3 june 2015
Faculdade da Ciências Sociais e Humanas

10:00-12:30 Heritage, tourism and agency
Auditorium 1, Level 1, Tower B

Maria Cardeira da Silva (PT, Centro em Rede de Investigação em Antropologia-FCSH-Universidade Nova de Lisboa) and Joana Lucas (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Centro em Rede de Investigação em Antropologia)
Représentation et action. Colonialisme, tourisme et jalons sociaux en Mauritanie

Coffee break

Antónia Fialho Conde (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora)
Patrimoine religieux et tourisme. La patrimonialisation et les espaces de conservation

Coordination
Cyril Isnart (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS)
Maria Cardeira da Silva (PT, Centro em Rede de Investigação em Antropologia-FCSH-Universidade Nova de Lisboa)

Contact isnartc@gmail.com

CFP: Making and Unmaking Religious Heritage. PhD School of the MERAP-MED Programme

Pour le français, voir plus bas.

Call for participation
Making and Unmaking Religious Heritage
Conflict, competition and cooperation at small scale
Interdisciplinary PhD School of MERAP-MED programme
1-5 June 2015
Lisbon and Évora, Portugal
CIDEHUS-Universidade de Évora CRIA-FCSH-Nova

Argument

The Interdisciplinary PhD School “Making and Unmaking Religious Heritage. Conflict, Competition and Cooperation at Small Scale” will take place in Lisbon and Évora in Portugal during 5 days.

Open to PhD students and post-docs of social sciences and humanities working on religious and/or heritage matters. The PhD School is funded by the Foundation for Science and Technology (FCT, Portugal) and the LabexMed (France). It involves researchers from the CIDEHUS-Universidade de Évora (Portugal), the FCSH-Nova (Portugal), the PhD Programme “Antropologia. Políticas e Imagens da Cultura e Museologia” (FCSH-Nova de Lisboa, CRIA, IELT, INET-MD, et ISCTE-IUL, Portugal), the IDEMEC (UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS), the TELEMME (UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS), the École française d’Athènes (Greece) and the École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez (Spain).

The PhD School aims at providing young researchers with theoretical and methodological tools to explore heritage-making processes carried out by religious or other groups, from an interdisciplinary and comparative perspective. Participants will address different topics from a large panel of Mediterranean and European case studies such as: entanglements between religion, politics and heritage-making; community agency; international collaboration in culture and heritage; heritage conflict and cooperation; social and political uses of the past.

What are the places and the role of religion in past and present heritage practices? How can religious and cultural minorities overpass the hegemonic status of dominating elites? Through heritage-making, what are the links and the frictions between local, national and international tourism, intimate representations of cultural and self identity? How far can cultural heritage be considered as a peaceful or a conflict tool of inter-confessional and interethnic relationships? Which are the uses of heritage and tourist devices (archives, museums, private collections, and also theme parks and cultural mediation systems) in contemporary practices?

Instructors

The 15 scholars from France, Morocco, Portugal, Spain and UK are all strongly involved in innovative empirical surveys and come from a wide range of disciplines (anthropology, history, history of art, geography, museum studies, religious studies).

Coordination: Cyril Isnart (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Maria Cardeira da Silva (PT, Centro em Rede de Investigação em Antropologia-FCSH-Universidade Nova de Lisboa)

Sossie Andézian (FR, Institut Interdisciplinaire du Contemporain, équipe LAHIC, UMR 8177 CNRS/EHESS); Raquel Carvalheira (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Instituto de Ciências Sociais da Universidade de Lisboa, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Nathalie Cerezales (FR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Antónia Fialho Conde (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora);  Jérémie Foa (FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS); André Julliard (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Joana Lucas (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Crispin Pain (UK, University College of London); Manoël Pénicaud (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS);  Ema Pires (PT, Universidade de Évora and Centro em Rede de Investigação em Antropologia-ISCTE-IUL); Cristina Sanchez-Carretero (ES, Incipit CSIC); Pierre Sintès (FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS) ; Ahmed Skounti (MA, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine).

Contents

Opening lectures, thematic talks, reading sessions, PhD students’ presentations workshops, Film screenings, Study-day visit

Application

The PhD school will receive 16 students. Travel, accommodation and food expenses will be covered by the organization.

Working languages are French and English.

Two selection sessions will be organised, by a jury composed by Prof. Cyril Isnart and Prof. Maria Cardeira da Silva: the first one for young researchers of the organizing institutions (ISCTE-IUL, LabexMed, Universidade de Évora, Universidade Nova de Lisboa); the remaining places will be open to candidates coming from any institution. Results will be announced by April 2015. Criteria of selection are: quality of the project and the CV, appropriate topics of the project, convergence of the CV with the PhD school themes.

In order to apply, candidates must be PhD students or post-doc (not later than 2 years after thesis). They must send, before 20th, February 2015 for the first selection, before March, 15th 2015 for the second, the following documentation to isnartc@gmail.com:

Application form (Download here), CV (one page), and Thesis project (2.500-5.000 characters).

One month before the PhD School, participants will be asked to send a 25.000 characters paper to be presented and commented by instructors and other participants. They will also be asked to read and prepare comments on the texts to be discussed during the reading workshops.


Logo total
 

Appel à participation

Faire et défaire le patrimoine religieux
Conflit, compétition et coopération à petite échelle
Atelier doctoral interdisciplinaire du programme MERAP-MED
1-5 Juin 2015
Lisbonne et Évora, Portugal
CIDEHUS-Universidade de Évora CRIA-FCSH-Nova

L’atelier doctoral interdisciplinaire « Faire et défaire le patrimoine religieux. Conflit, compétition et coopération à petite échelle » se déroulera à Lisbonne et à Évora au Portugal pendant 5 jours.

Ouvert aux étudiants de doctorat et aux post-doctorants de sciences sociales et des humanités travaillant sur la problématique du religieux et/ou du patrimoine, l’atelier est cofinancé par la Fondation pour la Science et la Technologie (FCT, Portugal) et le LabexMed (France). Il rassemble des chercheurs et reçoit le soutien du CIDEHUS-Universidade de Évora (Portugal), de la FCSH-Universidade Nova de Lisboa (Portugal), du programme doctoral « Antropologia. Políticas e Imagens da Cultura e Museologia » (FCSH-Nova de Lisboa, CRIA, IELT, INET-MD, et ISCTE-IUL, Portugal), du CRIA (Portugal), de l’IDEMEC (UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS), de TELEMME (UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS), de l’École française d’Athènes (Grèce) et de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques de la Casa de Velázquez (Espagne).

L’atelier se propose de transmettre aux participants des outils théoriques et méthodologiques pour explorer les processus de construction patrimoniale conduits par des groupes religieux ou autres, à partir d’une perspective interdisciplinaire et comparative. Les participants pourront s’interroger sur un grand nombre de thématiques à partir d’études de cas méditerranéens, telles que les relations entre fait patrimonial, fait religieux et fait politique, les actions de revendications communautaires, la coopération internationale en matière culturelle, les conflits d’usage entre groupes et les usages politiques du passé.

Quelle est la place et quel est le rôle de la religion dans les pratiques patrimoniales du passé et du présent ? Comment les minorités religieuses et culturelles peuvent surmonter par le patrimoine le statut hégémonique des religions dominantes ? A travers les processus patrimoniaux, quels liens et frictions apparaissent entre le tourisme local, national et international et les représentations intimes de la culture ? La patrimonialisation peut-elle être considérée comme un outil d’apaisement ou d’attisement des relations interconfessionnelles et interethniques? Quels sont les usages des dispositifs patrimoniaux (musées, archives, collections privées, mais aussi technologies numériques ou parcs thématiques,) dans les pratiques contemporaines ?

Encadrants

Les 15 chercheurs provenant de France, du Portugal, du Maroc, d’Espagne et de Grande-Bretagne sont tous engagés dans des enquêtes empiriques ou des réflexions théoriques et appartiennent à des champs disciplinaires complémentaires (anthropologie, histoire, histoire de l’art, géographie, études des musées, études religieuses).

Coordination

Cyril Isnart (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Maria Cardeira da Silva (PT, Centro em Rede de Investigação em Antropologia-FCSH-Universidade Nova de Lisboa)

Sossie Andézian (FR, Institut Interdisciplinaire du Contemporain, équipe LAHIC, UMR 8177 CNRS/EHESS); Raquel Carvalheira (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Instituto de Ciências Sociais da Universidade de Lisboa, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Nathalie Cerezales (FR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Antónia Fialho Conde (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora); Jérémie Foa (FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS); André Julliard (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Joana Lucas (PT, Centro Interdisciplinar História, Sociedades e Culturas da Universidade de Évora, Centro em Rede de Investigação em Antropologia); Crispin Pain (UK, University College of London); Manoël Pénicaud (FR, Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 7307 Aix Marseille Université CNRS); Ema Pires (PT, Universidade de Évora and Centro em Rede de Investigação em Antropologia-ISCTE-IUL); Cristina Sanchez-Carretero (ES, Incipit CSIC); Pierre Sintès (FR, Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale – Méditerranée, UMR 7303 Aix Marseille Université CNRS) ; Ahmed Skounti (MA, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine).

Contenus

Conférences plénières, conférences thématiques, sessions de lecture, présentation orale des travaux des participants, projections de films, visite d’étude.

Candidature

L’atelier doctoral recevra 16 participants. Les frais de voyages, de logement et de nourriture seront pris en charge par les institutions organisatrices.

Les langues de travail seront le français et l’anglais.

La sélection des candidatures sera effectuée par les coordinateurs, Prof. Cyril Isnart et Prof. Maria Cardeira da Silva, en deux phases. La première phase est réservée aux étudiants des institutions organisatrices (ISCTE-IUL, LabexMed, Universidade de Évora, Universidade Nova de Lisboa). La seconde phase sera ouverte à tous les étudiants s’il reste des places. Les résultats seront annoncés au cours du mois d’avril 2015. Les critères de selection sont la qualité du projet et du CV et l’adéquation de la thématique de recherche et du CV avec l’atelier doctoral.

Les candidats doivent être inscrits en doctorat ou en post-doc (pas plus de 2 ans après la soutenance). Ils doivent envoyer les documents suivants, au plus tard le 20 février 2015 pour la première phase, le 15 mars 2015 pour la seconde phase, à isnartc@gmail.com :

le formulaire rempli à télécharger ici, un CV d’une page et le projet de thèse (2.500-5.000 signes).

Un mois avant le début de l’atelier, les participants sélectionnés devront envoyer un texte de 25.000 signes qui sera présenté oralement et discuté par les encadrants et les autres participants. Des textes leur seront également adressés qui seront commentés et discutés pendant les ateliers de lecture.

Logo total

 

Second Workshop of MERAP-MED. Lieux de culte : transferts, refondations et patrimonialisations en Méditerranée XVIe – XXIe siècles

Lieux de culte affiche 2Lieux de culte : transferts, refondations et patrimonialisations en Méditerranée
XVIe – XXIe siècles

 Journée d’étude commune
MERAP-MED (CIDEHUS-Universidade de Évora, FCT-Portugal)
Projet amorce « Les Balkans et la Méditerranée : objets communs, regards croisés  » de l’ATRI 5 du LabexMed

Organisation : Jérémie Foa, Cyril Isnart, Manoël Pénicaud et Pierre Sintès

 Les lieux de culte occupent généralement une place centrale dans les processus de définition et de perception des groupes religieux, dans leurs pratiques dévotionnelles comme dans les qualifications territoriales qui en découlent. Les innombrables récits de fondation attestent l’importance de légitimer l’appartenance « immémoriale » d’un édifice à une religion, c’est-à-dire de le soustraire à l’arbitraire, aux fluctuations historiques et aux contestations. Pourtant, dans les contextes denses et/ou conflictuels de coexistence confessionnelle, comme on les retrouve dans de nombreux cas méditerranéens, des lieux de culte ne sont pas exclusivement valorisés par une seule confession. Des sanctuaires exceptionnels des pèlerinages aux espaces ordinaires de la dévotion quotidienne, les lieux de cultes ne connaissent pas toujours une histoire linéaire. Ils sont susceptibles d’être détruits, déplacés, cachés, abandonnés, re-sacralisés, ou même simultanément partagés et différenciés en raisons des voisinages confessionnels (comme au Maghreb), des commodités passagères (dans les contextes touristiques) ou de réinvestissements symboliques ou économiques (dans le cas du patrimoine culturel). Ils sont aussi sensibles aux multiples fluctuations politiques liées aux conflits, aux conquêtes ou à la mobilité, comme dans les territoires de l’ancien empire ottoman, au moment des  indépendances des pays colonisés ou lors des déplacements migratoires postcoloniaux.

Dans la lignée des travaux entrepris sur le lieu de culte (certains débutés depuis plusieurs décennies – Alphonse Dupront et le Centre d’Anthropologie Religieuse Européenne, d’autres plus récemment, Dominique Iogna-Prat, Abderrahmane Moussaoui, Sossie Andezian, Dionigi Albera, etc.), cette rencontre propose de mettre en perspective la dynamique comme l’adaptabilité historique et géographique des lieux religieux en Méditerranée. Privilégiant une approche ethnographique, les différents cas présentés s’attacheront à décrire la diversité des usages et des discours que les acteurs mettent en avant pour s’approprier mais aussi pour déplacer ou refonder un lieu de culte, de la domination à la coexistence, de la dévotion religieuse à la patrimonialisation. La qualification confessionnelle de ces espaces constitue en outre un enjeu socio-politique que l’on peut interroger selon des perspectives historiques, géographiques ou anthropologiques et qui mérite des investigations comparatives sur les deux rives de la Méditerranée sur les expériences, les usages et les représentations qu’impliquent ce type de lieu. Notre questionnement commencera à partir du XVIe siècle, moment d’initiation d’un processus de confessionnalisation, impliquant un durcissement des identités religieuses et des phénomènes de reterritorialisations dans l’espace Méditerranéen (Reconquista, schisme protestant, etc) afin de montrer comment les tendances les plus contemporaines peuvent aussi faire écho à des processus historiques plus anciens qui en relativisent ainsi la nouveauté.

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du programme de recherche MERAP-MED (FCT, Portugal, PTDC/IVC-ANT/4033/2012) et le programme amorce « Les Balkans et la Méditerranée : objets communs, regards croisés » de l’ATRI n°5 du LabexMed. Elle reçoit aussi le soutien des laboratoires Telemme et Idemec de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, de l’École française d’Athènes dans le cadre de son programme « Globalisation et européanisation dans les Balkans contemporains » et du MuCEM.

MERAP-MED est un programme plurisdiciplinaire financé par la Fondation pour la Science et la Technologie qui rassemble une dizaine de chercheurs du Portugal, de France et d’Angleterre travaillant sur des pays méditerranéens. Ce programme explore les actions patrimoniales portées par des groupes religieux en Méditerranée à partir d’une approche empirique et comparative. Afin de mieux cerner les enjeux de la patrimonialisation du religieux dans cette région, les membres de MERAP-MED se penchent en particulier sur les usages culturels des lieux de culte et des pratiques dévotionnelles dans des contextes multiconfessionnels.

Le projet amorce du LabexMed intitulé « Les Balkans et la Méditerranée, objets communs, regards croisés » est soutenu par la LabexMed et vise questionner la place des Balkans dans les études sur la Méditerranée en permettant aux spécialistes de cette région de confronter leurs méthodes et leurs résultats avec les travaux d’autres chercheurs travaillant sur les sociétés de la Méditerranée. Par une telle démarche, ce programme propose de contribuer à la compréhension de la construction par les sciences sociales des périmètres de recherches régionaux.

Programme

13 novembre 2014
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence
Salle Paul-Albert Février

9h30 Accueil et introduction
Matinée
Présidence André Julliard, CNRS Aix Marseille Université, IDEMEC UMR 7307
10h00 Conférence inaugurale
Sossie Andézian, CNRS EHESS, IIAC-LAHIC UMR 8177
Paradoxes de l’inscription d’un lieu saint au patrimoine mondial. L’église de la Nativité de Bethléem (2012)

11h00 Pause

11h30 Maria Cardeira da Silva, Universidade Nova de Lisboa, CRIA FCSH-Nova
Vieux et nouveaux patrimoines juifs du Maroc. Transferts et reconfigurations

12h00 Cyril Isnart, CNRS Aix Marseille Université, IDEMEC UMR 7307 et CIDEHUS Universidade de Évora
Le passage des touristes et la présence du saint. A propos de l’église de saint Antoine à Lisbonne

12h30 Déjeuner

Après-midi
Présidence Dionigi Albera, CNRS Aix Marseille Université, IDEMEC UMR 7307
14h30 Jérémie Foa, CNRS Aix Marseille Université, TELEMME UMR 7303
Etre(s) déplacé(s). L’enjeu du déplacement des lieux de culte protestants dans la France des guerres de Religion (vers 1560 vers 1600)

15h00 Manoël Pénicaud, CNRS Aix Marseille Université, IDEMEC UMR 7307
La synagogue de la Ghriba à Djerba. Repli et expansion d’un lieu saint partagé

15h30 Marie-Laure Boursin, CNRS Aix Marseille Université, IDEMEC UMR 7307 et Olivier Givre, CNRS Université Lumière Lyon 2, UMR EVS-CREA
Enjeux, conflits et représentations autour de la restitution du patrimoine religieux en Bulgarie

16h00 Pause

16h30 Ivo Santos, CIDEHUS-Universidade de Évora
Religious Heritage: a database of Southern Portugal sacred places

17h00 Pierre Sintès, CNRS Aix Marseille Université, TELEMME UMR 7303
Des synagogues en diaspora / des diasporas en synagogue : exemples des communautés issues des villes de Rhodes et Ioannina (Grèce)

Les sculptures de la Semaine Sainte à Valladolid. Du musée à la procession et vice versa

Dans le cadre du projet Merap-Med, Nathalie Cerezales propose d’étudier le statut des pasos. Ces ensembles de sculptures sont promenés dans les rues lors de la Semaine Sainte, l’un des évènements majeurs de la vie religieuse espagnole. Les pasos sont, d’un point de vue religieux, l’intermédiaire et le matériel principal pour que s’accomplisse le rituel de la Semaine Sainte espagnole, puisque chaque année, durant une semaine entre mars et avril, les fidèles catholiques commémorent par des processions la Passion, la mort et la résurrection du Christ.

À Valladolid, capitale de la Communauté autonome de Castilla y León au Nord Ouest de l’Espagne, les pasos ont été réalisés par les plus grands sculpteurs castillans, tels que Francisco del Rincón (1567-1608) ou Gregorio Fernández (1576-1636). C’est au titre d’exemples de l’histoire de l’art espagnol que certaines de ces œuvres sont exposées au Musée national de sculpture de Valladolid.

Caractéristiques des œuvres en bois polychrome de l’art baroque espagnol, les pasos, de taille humaine ou légèrement supérieure, se signalent par leur réalisme. Chaque personnage est représenté en mouvement afin d’accentuer l’effet de réel et l’aspect dramatique des scènes évoquées, puisqu’il s’agit de susciter la dévotion et de permettre aux fidèles de s’identifier aux scènes représentées.

 image-1-paso-de-la-elevacion-de-la-cruz

Image 1 : La Elevación de la Cruz, Francisco del Rincón (1604) durant la Procession de la Sagrada Pasión del Redentor, 18 avril 2014. ©Nathalie Cerezales

 

La Semaine Sainte est organisée, en accord avec les autres instances, par des confréries pénitentielles, composées de laïcs. La ville de Valladolid en compte une vingtaine, dont le quart a été créé avant le 16e siècle. Les pasos aujourd’hui conservés au musée appartenaient originellement à ces confréries dites « historiques ». Avec l’arrêt des processions à la fin du 18e siècle et les vagues de nationalisation des biens du clergé, (appelées desamortizaciones), et plus particulièrement celle édictée par le Premier ministre Juan Alvárez Mendizábal en 1835-1836, les pasos entrent dans le domaine public et intègrent les collections du musée.

Ce n’est que dans les années 1920 que les images sont à nouveau sorties en procession.

Ainsi, les quinze autres confréries de la ville sont majoritairement le fruit de cette redécouverte au 20e siècle et plus particulièrement dans les premières années du régime Franquisme (1939-1975), qui s’accompagne d’une exaltation des valeurs religieuses et des manifestations de foi populaire.

La création de ces nouvelles associations donne lieu à une reconfiguration de la célébration, à la redistribution des images entre les confréries et à la recherche de nouvelles sculptures à porter en procession. Par exemple, le paso Sed Tengo, conservé au Musée national de sculptures, commandé par la confrérie « historique » Nuestro Padre Jesús Nazareno, est aujourd’hui promené par la Confrérie pénitencielle del Santísimo Cristo Despojado, Cristo Camino del Calvario y Nuestra Señora de la Amargura, créée en 1943.

image-2-pasp-sed-tengo

Image 2 : Sed Tengo, Gregorio Fernández (1612-1616) durant la Procession de la Sagrada Pasión del Redentor, 18 avril 2014. ©Nathalie Cerezales

 

Le cas de la Hermandad universitaria del  Santísimo Cristo de la Luz, fondée en 1941, illustre le changement de fonction de certaines sculptures à l’ère contemporaine. Comme les autres nouvelles confréries de l’époque, cette dernière se met en quête d’une œuvre pour en faire « son » paso. Son choix se porte sur le Cristo de la Luz (vers 1630), œuvre de Gregorio Fernández. Cette dernière se trouvait originellement dans une chapelle de l’église San Benito de Valladolid et a été nationalisée en 1835. Elle appartient aux collections du musée depuis son ouverture en 1842. Prêtée depuis 1941, elle orne la chapelle de l’université et sort en procession chaque année.

image-3-Cristo-de-la-luz

Image 3 : Cristo de la Luz, Gregorio Fernández (1630), durant la procession del Santísimo Cristo de la Luz, 17 avril 2014, © Nathalie Cerezales

Pour les Confréries pénitentielles et notamment pour celles qui promènent des œuvres conservées ou appartenant au Musée national de sculpture, les pasos sont un emblème. Ces confréries portent d’ailleurs souvent un nom lié à l’iconographie de l’œuvre à laquelle elles rendent culte et la procession des pasos constitue l’évènement principal de la vie de ces associations religieuses.

Chaque confrérie organise son propre défilé dans lequel elle promène son ou ses images, transportées au son des tambours, par les confrères, qui revêtent pour l’occasion l’hábito procesional.

image-4-membres-confrerie-cristo-de-la-luz

Image 4 : Membres de la Hermandad universitaria del Santísimo Cristo de la Luz, durant la procession del Santísimo Cristo de la Luz, 17 avril 2014, © Nathalie Cerezales

 

Le Vendredi Saint, la procession générale de la Sagrada Pasión del Redentor réunit les trente-deux pasos de la ville. Les confréries se succèdent dans un même parcours, retraçant dans l’ordre chronologique les scènes de la Passion du Christ, depuis la Dernière Scène jusqu’à l’image de la Solitude de la Vierge. Pour l’occasion, les autorités civiles et religieuses siègent ensemble à une tribune d’honneur, sur la place principale de la ville, les confréries marquant le pas devant ces dernières lors de leur passage.

image-5-membre-confrerie-sagrada-cena

Image 5 : Membres de la Cofradía penitencial y sacramental de la Sagrada Cena, s’arrêtant devant la tribune d’honneur, lors de la durant la Procession de la Sagrada Pasión del Redentor, 18 avril 2014. ©Nathalie Cerezales

L’aspect spectaculaire et scénarisé des processions de la Semaine Sainte, notamment lors de la procession du Vendredi Saint, point culminant de la célébration dévotionnelle, fait de ces évènements l’une des ressources touristiques de la ville. La Semaine Sainte de Valladolid est considérée par les habitants comme la « Grande Semaine » de la cité et elle est l’une des plus célèbres du pays. Elle attire chaque année des milliers de touristes et de fidèles, venus « visiter » ce « musée dans la rue ».

Ainsi, l’intérêt de la Semaine Sainte de Valladolid repose sur le spectacle produit par la procession des pasos. Face à l’hégémonie sur le marché du tourisme de la Semaine Sainte de Séville, célèbre pour son patrimoine culturel, ses chants et son « ambiance », le pouvoir d’attraction de celle de Valladolid réside dans la qualité artistique des œuvres présentées.

L’idée majeure de ce projet est d’analyser, au-delà de l’étude du processus de patrimonialisation de ces objets, les interactions et les relations tissées entre les différents acteurs de ce patrimoine : le musée, les confréries et les autorités publiques.

Conservés au sein de l’établissement depuis son inauguration (1842), les pasos du Musée national de sculpture sont en effet le seul exemple espagnol d’œuvres quittant temporairement un musée public national afin de remplir leur fonction originelle religieuse. Ils sont à la croisée de deux conceptions distinctes de l’objet. Le musée est en effet le garant de la conservation de l’œuvre et met en lumière une vision historique et artistique des sculptures, tandis que les confréries y voient avant tout un objet dévotionnel. Un conservateur est désigné chaque année afin de veiller à la préservation des œuvres durant la Semaine Sainte. Il a le pouvoir d’arrêter les processions s’il considère que l’œuvre appartenant au musée est en mise en péril, notamment par des conditions climatiques défavorables. Sujet de friction, la procession des pasos est également un point de rencontre entre ces différents acteurs, dont l’association avec l’Église locale a permis, dés les années 1920, de remettre au goût du jour les processions dans la ville de Valladolid, puisque l’équilibre, quelque peu précaire, trouvé entre valeurs patrimoniales et religieuses assure tant à la ville qu’au musée et aux confréries visibilité et renommée.

Ce premier terrain sera comparé en 2015, à celui de la ville de Murcie dans le Sud-Est de l’Espagne, dans laquelle les pasos créés par l’artiste Francisco Salzillo (1707-1783) appartenant à la cofradía Nuestro Padre Jesús Nazareno, sont conservés dans l’église de l’association pénitentielle, incorporée au musée municipal consacré au sculpteur.

XXVIIIe Colloque Eurethno- Perugia-Assisi, 12-14 septembre 2014 Le tourisme religieux en Europe : Saints, pèlerinages, visites et itinéraires interreligieux

Aqui o Programa completo.

Sessões com membros do projecto e respectivas comunicações:

Samedi 13 septembre, Département de Sciences Politiques, Rue Pascoli

Session 2: Turismo religioso tra Portogallo, Spagna e Romania / Tourisme religieux entre
Portugal, Espagne, France et Roumanie
Coord.: Alfonsina Bellio (5 communications), Aula Salzano

Isnart Cyril, (Université de Evora – Portugal), La chambre de saint Antoine à Lisbonne. Clercs,
fidèles et touristes sur un lieu de pèlerinage pluriel / La camera di sant’Antonio a Lisbona. Clerici, fedeli e turisti nei luoghi di un pellegrinaggio plurale.

14.30- 18.30:
Session 2: Pellegrinaggi contemporanei transnazionali tra Italia e Est Europa/ Pèlerinages
contemporains transnationaux entre l’Italie et l’Est de l’Europe /
Coord.: K. Verebelyi (6 communications) : Aula D

Julliard André, (IDEMEC – Institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative, Aix-Marseille – France), Pèlerins catholiques, orthodoxes et touristes dans les pèlerinages contemporains à St Nicolas de Myre. Ethnologie de « l’étranger voyageur » dans le sanctuaire de Bari en Italie (2006-2013) / Pellegrinaggi cattolici, ortodossi e turisti nei pellegrinaggi contemporanei a San Nicola di Mira. Etnologia del “viaggiatore straniero” nel santuario di Bari in Italia (2006-2013).

Domenica 14 settembre/ Dimanche 14 septembre
8.30: Partenza in bus per Assisi/ Départ en bus pour Assise
Assisi, Palazzo Bernabei

Session: Migrazioni, turismo e dialogo interreligioso/ Migrations, tourisme et dialogue
interreligieux
9.00/ 12.30:
Coordina: L. Sébastien Fournier (6 communications) :

Pénicaud Manoёl, (IDEMEC, Aix-Marseille – France), Pèlerinages partagés : inventions, dialogues et patrimonialisations / Pellegrinaggi condivisi : invenzioni, dialoghi e patrimonializzazione.

Publication: Changing the face of Catholicism in a tourist context

In a special issue on « Tourism and transformation: negotiating metaphors, experiencing change », edited by Cyril Isnart, Sofia Sampaio and Valerio Simoni, you can find a recent paper from the MERAP-MED project:

Cyril Isnart (2014): Changing the face of Catholicism in a tourist context:
heritage care, ritual dynamics, and the rhetoric of transformation of a religious minority in Greece
Journal of Tourism and Cultural Change

In Rhodes, the capital of the Greek Dodecanese archipelago, one thousand or so Roman Catholic people are currently settled and deal with the Orthodox Church and with one million tourists during the summer. One of the principal activities of the local priest is to enhance the role played by the Catholic Church in this complicated and negotiated public life. In developing a heritage activity and adapting the liturgy to the tourists, he is also demanding recognition for the work that he is doing to change the image of this religious minority. This paper situates the Catholic community’s pragmatic programme within the tourist context of Rhodes. It provides a description of material and conceptual transformations of Catholic memories and places and of the ritual patterns used in engaging with tourists. The aim of the paper is to show how the priest and his closest staff adopt the rhetoric of tourist change and how the changing local context is paradoxically inscribed within an explicit formulation of continuity. The island of Rhodes constitutes a perfect site to reveal the local Catholic Church as part of the wider process of transformation that has taken place on the island.

Keywords: Catholicism; tourism; transformation; rituals; cultural heritage; Greece

Journées d’étude: Altérités religieuses, frontières territoriales et compétitions patrimoniales en Grèce et dans les Balkans

Altérités religieuses, frontières territoriales
et compétitions patrimoniales en Grèce et dans les Balkans

Journées d’études, Ecole française d’Athènes, 27 et 28 mai 2014
Didotou 6, Athènes, Grèce

Athenes image

Coordination scientifique : Panayiota Adrianopoulou, Olivier Givre, Cyril Isnart et Pierre Sintès

Organisation : Carla Malheiro, Evi Platanitou et Sophia Zoumboulaki

Ces journées d’études sont organisées dans le cadre du programme MERAP-MED (CIDEHUS, TELEMME, IDEMEC), financé par la FCT (PTDC/IVC-ANT/4033/201) et l’axe « globalisation et européanisation dans les Balkans contemporains » de l’Ecole française d’Athènes. Il prend aussi place dans la série de séminaires « Les Balkans et la Méditerranée : objets communs / regards croisés » de l’ATRI n°5 du LabexMed.

Traditions réinventées, pratiques rituelles revitalisées, lieux de culte et sites restaurés, tourisme religieux : de nombreux exemples attestent la place significative des processus patrimoniaux et mémoriels dans les dynamiques religieuses contemporaines. Engageant des dimensions institutionnelles mais aussi de multiples acteurs qui font du champ patrimonial et mémoriel un lieu d’invention ou de réinvention, ces processus sont porteurs d’enjeux politiques conséquents. Dans un contexte d’interrogation sur les dimensions interculturelles et multiculturelles des sociétés contemporaines, les notions de patrimoine et de mémoire se voient en effet mobilisées pour accorder ou dénier une légitimité culturelle à telles ou telles communautés religieuses, appartenances confessionnelles, pratiques rituelles, questionnant ainsi leur reconnaissance et leur affirmation dans l’espace public. Les débats autour de la place des « identités religieuses » au sein des sociétés européennes contemporaines sont en effet fréquemment polarisés entre reconnaissance de la diversité culturelle et crainte du communautarisme. Les théories de la sécularisation, qui affirmaient la relégation de la religion dans le domaine privé et dans une sphère culturelle laïcisée, sont contredites par des dynamiques religieuses remettant en question les lignes de partage entre sphères religieuse et politique (public/privé ; laïcité/communautarisme ; séparation églises/Etat). D’autre part, le présupposé de l’existence de communautés confessionnelles identifiées et homogènes est battu en brèche par les formes d’hybridation et de pluralisation qui caractérisent les processus religieux contemporains. La « globalisation du religieux » induit une fragmentation et une recomposition des appartenances, au gré de processus de mobilité (migrations, diasporas, etc.), de pratiques de connexion (internet), de formes d’organisation réticulaires et transnationales. En mutation permanente, ces dynamiques religieuses n’en sont pas moins basées sur la revendication mais aussi la réinvention permanente d’héritages.

Ces deux journées d’études proposent d’interroger la manière dont les constructions patrimoniales et mémorielles contribuent à l’invention et la réinvention de « communautés » reposant entre autres sur des critères religieux, en prenant pour terrains de prédilection les sociétés méditerranéennes et balkaniques. Ce choix vise à mettre l’accent sur des contextes de voisinage, partage et/ou de conflit et concurrence patrimoniaux et mémoriels en matière religieuse. Les sociétés considérées constituent historiquement des espaces de rencontre, de coexistence et de conflit entre confessions multiples, à commencer par les trois monothéismes (judaïsme, christianisme, islam). La thématique des frontières et des voisinages religieux y constitue à la fois une approche classique et en renouvellement, comme en attestent de nombreux sites, sanctuaires, rituels partagés entre communautés religieuses. Les mutations récentes des sociétés balkaniques se sont traduites par de nouveaux rapports aux héritages religieux : marquages spatiaux par la construction d’églises, chapelles, croix, mosquées ; visibilisation d’un « islam d’Europe » pluriséculaire ; pluralisation et transnationalisation des appartenances confessionnelles ; phénomènes de convergence et de concurrence mémorielle ; pratiques de tourisme religieux indiquant une globalisation des mémoires et leur réinscription dans l’espace public. Etant confrontées à des processus politiques d’intégration à l’Union européenne, ces sociétés offrent en somme une configuration singulière de la question des « identités religieuses » dans l’espace européen. Les débats de ces journées viseront ainsi à traiter de la question des communautés religieuses comme des acteurs de ces renouveaux ou revitalisations patrimoniales, mais aussi des politiques et des stratégies de différents types d’acteurs publics comme privés (municipalités, Etats, ONG, UE…).

 

Mardi 27 mai – Salle de conférences de l’EfA

Matinée : 9h – 12h30

 Alexandre Farnoux, Directeur de l’Ecole française d’Athènes

Introduction
Pierre Sintès, AMU-TELEMME (MERAP-MED)
Olivier Givre, Université Lyon 2, CREA-EVS

Session 1 : le patrimoine religieux : enjeux mémoriels, enjeux politiques, enjeux institutionnels
Modération : Nathalie Cerezalez, Université Paris 1, EA 4100 Histoire culturelle et sociale de l’art (MERAP-MED)

Jean-François Pérouse, Institut français d’études anatoliennes, Istanbul – Turquie
Modalités et sens de la frénétique fabrique patrimoniale dans la Turquie urbaine d’aujourd’hui

Krassimira Krastanova, Département d’ethnologie, Université de Plovdiv – Bulgarie
Le patrimoine religieux, entre statut juridique et batailles symboliques. L’exemple du patrimoine musulman en Bulgarie.

11h : pause café

Panayiota Adrianopoulou, Ministère de la culture, Athènes – Grèce
Religieux et altérité religieuse selon la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO: réticences, interprétations et enjeux dans le cadre national grec

Discussion

Après-midi : 14h30 – 17h30

Session 2 : Acteurs institutionnels, société civile, communautés confessionnelles dans les revitalisations des patrimoines religieux
Modération : Pierre Sintès, AMU-TELEMME (MERAP-MED)

Mirian Bllaci, Cultural Heritage Without Borders – Suède/Bosnie-Herzégovine
Restauration, réconciliation et espoirs d’avenir : l’action du CHWB dans les Balkans

Miranda Terzopoulou, Hellenic Folklore Research center, Academy of Athens – Greece
Identity, Politics and the Sacred.  The Evolution of a Bektashi Panayir in Greek Thrace

16h30 : pause café

Angéliki Giannakidou, Musée Ethnologique de Thrace, Alexandroupoli – Grèce
Η αναίρεση μιας αίρεσης

Discussion

Soirée 18h – 20h

Projection du film :
Tree of life : Voices surrounding a synagogue de Vassiliki Yiakoumaki

Nicholas Stavroulakis, Etz Hayyim Synagogue, La Canée – Grèce
The Restoration and Rededication of the 17 th Century Synagogue of Etz Hayyim in Hania, Crete

Discussion 

Mercredi 28 mai – salle de conférences de l’EfA

Matinée 9h30 – 13h00

Session 4 : Réseaux, circulations, territoires des « communautés de mémoire »

Ersi Brouskari, Ministère de la culture, Direction des Antiquités Byzantines et Post-byzantines, Athènes – Grèce
L’évolution des mesures de sauvegarde des monuments ottomans en Grèce

Cyril Isnart, CIDEHUS, Université d’Evora (MERAP-MED) – Portugal
Les catholiques, les touristes et les hérétiques à Rhodes. Patrimoine minoritaire et frontières religieuses

11h00 : pause café

Manoël Pénicault, , AMU IDEMEC LabexMed, MuCEM (MERAP-MED) -France
Itinéraires interculturels, inter- et parareligieux en Méditerranée : acteurs, chemins et patrimonialisation.

Meglena Zlatkova, Département d’ethnologie, Université de Plovdiv – Bulgarie
Crossing the Bulgarian-Turkish Border Memory : Inheritance and « Returning(s) »

Discussion

Après-midi 14h30 – 18h

Tour urbain des sites du patrimoine ottoman de centre-ville d’Athènes 

Sémia Samara, Paris Ouest Nanterre-ISP – France
Les monuments ottomans d’Athènes : héritages refusés ?

 

Religious otherness, territorial boundaries and heritage contests in Greece and the Balkans

Reinvented traditions, revitalization of ritual practices, restored cult places and sites, religious tourism: there are numerous examples of the significant role of heritage and memory processes in contemporary religious dynamics. Involving institutions as well as multiple stakeholders, such processes also bear consequent political stakes, as the intercultural and multicultural dimensions of contemporary societies seem at the same time assumed and questioned. The notions of “heritage” and “memory” are increasingly mobilized in order to give or deny cultural legitimacy to religious communities, confessional belonging, ritual practices, playing a great deal in their acknowledgement and affirmation in public space. Debates concerning the place of “religious identities” in European societies are often polarized between recognition of cultural diversity and fear of communitarianism. Theories of secularization, arguing the withdrawal of religion unto privacy and the laicisation of societies, seem to be contested by religious dynamics blurring the lines between religious and political spheres (public/private, laic/communitarian, church/state). Moreover, the assumption of identified and homogeneous religious communities is challenged by hybrid and plural religious dynamics. The “globalization of religion” implies a fragmentation and reshaping of belongings, through mobility (migrations, diaspora), connectivity (internet, networking), transnational and plurilocal processes. But even if constantly changing, these dynamics are nonetheless based on a perpetual claiming and reinventing of “heritages”.

These two days aim at questioning how heritage and memory contribute to (re)invention of “communities” based on religious criteria. By focusing on Balkan and Mediterranean societies, we shall put an accent on contexts of neighbourhood, sharing and/or conflict/contest in religious matters. The considered societies are historically meeting places, spaces of coexistence and conflict between multiple confessions, especially the three monotheisms (Judaism, Christianity, Islam). Although classical, the question of religious boundaries and neighbouring proves in renewal, as show the huge number of sites, sanctuaries and ritual shared/contested between religious communities. The recent mutations of Balkan societies implied new relationships to religious heritages: spatial marking by the construction of churches, crosses, mosques; rediscovering of a plurisecular European Islam; pluralism and transnationalism of religious belongings; converging and competing religious memories; religious tourism at the crossroad of the globalization of memories and their affirmation in public space. Being also confronted to political processes of integration to EU, these societies offer a peculiar scope on the question of “religious identities” in the European space. Our debates shall concern the role played by the religious communities in these heritage renewals, but also the policies and strategies of different players, public as well as private (States, municipalities, NGOs, EU…).

Θρησκευτικές ετερότητες, εδαφικά σύνορα και ανταγωνισμοί κληρονομιάς στην Ελλάδα και τα Βαλκάνια

Παραδόσεις που επαν-επινοούνται, τελετουργικές πρακτικές που αναβιώνουν, τόποι και χώροι λατρείας που αποκαθίστανται, θρησκευτικός τουρισμός: πολλά τα παραδείγματα που καταδεικνύουν τη σημαντική θέση των διαδικασιών αναγωγής σε κληρονομιά και μνήμη στις σύγχρονες θρησκευτικές δυναμικές. Προσλαμβάνοντας θεσμικές διαστάσεις, αλλά και συσπειρώνοντας ποικίλους φορείς που μετατρέπουν το πεδίο της κληρονομιάς και της μνήμης σε τόπο επινόησης ή επαν-επινόησης, αυτές οι διαδικασίες φέρουν συναφή πολιτικά διακυβεύματα. Στο πλαίσιο του αναστοχασμού για τη δια-πολιτισμικότητα και την πολυ-πολιτισμικότητα των σύγχρονων κοινωνιών, οι έννοιες της κληρονομιάς και της μνήμης επιστρατεύονται για να νομιμοποιήσουν πολιτισμικά ή όχι θρησκευτικές κοινότητες, “ανήκειν” σε ομολογίες, τελετουργικές πρακτικές, 4αναζητώντας έτσι τον τρόπο αναγνώρισης και εκδήλωσής τους στο δημόσιο χώρο. Στην πραγματικότητα, η συζήτηση γύρω από τη θέση των « θρησκευτικών ταυτοτήτων » στις σύγχρονες ευρωπαϊκές κοινωνίες συχνά πολώνεται ανάμεσα στην πολιτισμική πολυμορφία και το φόβο της κοινοτικής περιχαράκωσης. Η δυναμική των θρησκειών, που θέτει σε αμφισβήτηση τις διαχωριστικές γραμμές μεταξύ θρησκευτικού και πολιτικού (δημόσιο/ιδιωτικό, εκκοσμίκευση/κοινοτισμός, διαχωρισμός εκκλησιών/ Κράτους) αντικρούει τις  θεωρίες της εκκοσμίκευσης, που περιόριζαν τη θρησκεία στη σφαίρα του ιδιωτικού και του πολιτισμικά λαϊκού . Από την άλλη, η προϋπόθεση της ύπαρξης ομολογιακών κοινοτήτων ταυτοποιημένων και ομογενοποιημένων αναιρείται από την υβριδικότητα και τον πλουραλισμό που χαρακτηρίζουν τις σύγχρονες θρησκευτικές διαδικασίες. Η «παγκοσμιοποίηση του θρησκευτικού» προκαλεί κατακερματισμό και επαναδόμηση του ανήκειν, ανάλογα με τα φαινόμενα των μετακινήσεων (μεταναστευτικά ρεύματα, διασπορικά φαινόμενα κλπ.), της διαδικτυακής δια-σύνδεσης (internet), των δικτυακών και δι-εθνικών μορφών οργάνωσης. Σε διαρκή μεταβολή, αυτές οι θρησκευτικές δυναμικές βασίζονται τόσο στη διεκδίκηση όσο και στη διαρκή επαν-επινόηση της κληρονομιάς.

Αυτή η διημερίδα προτείνει να επανεξετάσουμε τον τρόπο με τον οποίο οι κατασκευές της κληρονομιάς και της μνήμης συμβάλλουν στην επινόηση και την επαν-επινόηση των «κοινοτήτων», βάσει -μεταξύ άλλων- και θρησκευτικών κριτηρίων, επιλέγοντας ως πεδίο τις μεσογειακές και βαλκανικές κοινωνίες. Αυτή η επιλογή έχει στόχο να τονίσει τα συμφραζόμενα της γειτνίασης, της ανταλλαγής και/ή της σύγκρουσης και του ανταγωνισμού σε επίπεδο κληρονομιάς και μνήμης για θρησκευτικά ζητήματα. Οι εν λόγω κοινωνίες συνιστούν ιστορικά τόπους συνάντησης, συνύπαρξης και συγκρούσεων μεταξύ διαφορετικών θρησκειών, με πρώτες τις τρεις μονοθεϊστικές (εβραϊσμό, χριστιανισμό, ισλάμ). Η θεματική των συνόρων και της θρησκευτικής γειτνίασης αποτελεί μια προσέγγιση κλασική και ταυτόχρονα ανανεούμενη, όπως φαίνεται από το πλήθος χώρων, ιερών, καθώς και τελετουργιών που μοιράζονται διαφορετικές θρησκευτικές κοινότητες. Οι πρόσφατες αλλαγές των βαλκανικών κοινωνιών μεταφράζονται σε νέες σχέσεις με τη θρησκευτική κληρονομιά : σήμανση του χώρου με την κατασκευή εκκλησιών, παρεκκλησίων, προσκυνηταριών, τζαμιών, ορατότητα ενός μακραίωνου «Ισλάμ της Ευρώπης», πολυφωνία και δι-εθνοποίηση του θρηκευτικού ανήκειν, φαινόμενα  μνημονικής σύγκλησης και ανταγωνισμού, πρακτικές θρησκευτικού τουρισμού που καταδεικνύουν την παγκοσμιοποίηση της μνήμης σε πληθυντικό και την επανεγγραφή της στο δημόσιο χώρο. Αντιμετωπίζοντας πολιτικές ενσωμάτωσης στην Ευρωπαϊκή Ένωση, αυτές οι κοινωνίες προσφέρουν συνολικά μια ξεχωριστή απεικόνιση του ζητήματος των «θρησκευτικών ταυτοτήτων» στον ευρωπαϊκό χώρο. Οι συζητήσεις αυτού του διημέρου έχουν, λοιπόν, ως σκοπό να διαπραγματευτούν τις θρησκευτικές κοινότητες ως φορείς της ανανέωσης ή αναβίωσης της κληρονομιάς, καθώς επίσης και τις διαφορετικές πολιτικές και στρατηγικές δημόσιων και ιδιωτικών φορέων (ΟΤΑ, κεντρικοί κρατικοί μηχανισμοί, ΜΚΟ, ΕΕ…).

Athenes logo

 

Bolsa de Investigação 3 – Judeus em Portugal

CIDEHUS.UE

Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades da Universidade de Évora

Uma Bolsa de Investigação para Mestre

 

09 de maio de 2014

Encontra-se aberto concurso para a atribuição de uma Bolsa de Investigação para Mestre no âmbito do projeto “MERAP-MED. Memórias religiosas e ação patrimonial no Mediterrâneo. Coexistência confessional e afirmação patrimonial » com referência FCT “PTDC/IVC-ANT/4033/2012” e referência “FCOMP-01-0124-FEDER-029301”, financiado por fundos nacionais através da FCT/MCTES e cofinanciado pelo Fundo Europeu de Desenvolvimento Regional (FEDER) através do COMPETE – Programa Operacional Fatores de Competitividade (POFC), nas seguintes condições:

Área Científica: Antropologia

Requisitos de admissão: Mestrado em Antropologia

Fatores preferenciais:
Experiência de trabalho etnográfico em contextos minoritários religioso europeus;
Conhecimentos no domínio das politicas da cultura e do património em Portugal;
Experiência na organização de eventos científicos.

Plano de trabalhos
Documentar, através de uma pesquisa exploratória, as atividades culturais das comunidades judaicas de Portugal: 60%
Produção de um relatório escrito: 20%
Organização de encontros e eventos no âmbito do projeto: 10%
Divulgação internacional dos resultados: 10%

Tarefas:
Trabalho de pesquisa documental (bibliografia, arquivos, inventários) sobre a patrimonialização dos bens judaicos em Portugal
Entrevistas ao um painel de atores do património judaico
Redação do relatório final
Apoio logístico e administrativo na organização dos eventos científicos do projeto
Participação num evento científico internacional

Legislação e regulamentação aplicável: A concessão da Bolsa de Investigação será realizada mediante a celebração de um contrato entre a Universidade de Évora e o bolseiro, nos termos do Regulamento de Bolsas de Investigação da Universidade de Évora (Ordem de Serviço nº1/2011). A bolsa é atribuída ao abrigo da Lei nº 40/2004, de 18 de Agosto (e decreto-lei nº 202/2012 de 27 de agosto) (Estatuto do Bolseiro de Investigação Cientifica) e Regulamento de Bolsas e Investigação da Fundação para a Ciência e a Tecnologia em vigor (www.fct.pt/apoios/bolsas/regulamentos .phtml.pt) e de acordo com a legislação e Regulamento de Formação Avançada e Qualificação de Recursos Humanos da FCT.

Local de trabalho: O trabalho será desenvolvido no CIDEHUS e nos locais de pesquisa etnográfica, sob a orientação científica de Cyril Isnart.

Duração da(s) bolsa(s): A bolsa terá a duração de 6 meses, com início previsto em Julho de 2014. O contrato de bolsa poderá ser renovado até final do projeto.

Valor do subsídio de manutenção mensal: O montante da bolsa corresponde a €980, conforme tabela de valores das bolsas atribuídas diretamente pela FCT, I.P. no País (http://alfa.fct.mctes.pt/apoios/bolsas/valores), sendo os pagamentos efetuados mensalmente, através de cheque ou transferência bancária.

Métodos de seleção
Os métodos de seleção a utilizar contemplarão a avaliação curricular.
Parâmetros de avaliação:
Média final de Mestrado em Antropologia (A)
Experiência de trabalho etnográfico em contextos minoritários religiosos (B)
Conhecimentos no domínio das politicas da cultura e do património (C)
Experiência na organização de eventos científicos (D)
Carta de Motivação (E)

Peso relativo na avaliação final
A: 10%
B: 35%
C: 30%
D: 5 %
E: 20%

Todos os parâmetros serão avaliados numa escala de zero a cinco valores.

Composição do Júri de Seleção:

Presidente: Cyril Isnart (UE-CIDEHUS)
1º Vogal efetivo: Filomena Barros (UE-CIDEHUS)
2º Vogal efetivo: Ema Pires (UE- CRIA-ISCTE-IUL)
1º Suplente: Antónia Fialho Conde (UE-CIDEHUS)
2º Suplente: Fernando Branco (UE-CIDEHUS)

Forma de publicitação/notificação dos resultados: Os resultados finais da avaliação serão publicitados, através de lista ordenada por nota final obtida afixada em local visível e público do CIDEHUS, no Palácio do Vimioso da Universidade de Évora, e sendo os candidatos notificados através de e-mail.

Nos termos de direito de audiência prévia dos interessados o projeto de Classificação Final será anunciado por qualquer meio escrito a todos os interessados.

Prazo de candidatura e forma de apresentação das candidaturas: O concurso encontra-se aberto no período de 27 de maio de 2014 a 09 de junho de 2014 e os resultados da seleção serão publicados até 17 de junho de 2014.

As candidaturas devem ser formalizadas, obrigatoriamente, através do envio de carta de candidatura acompanhada dos seguintes documentos:
Curriculum Vitae, certificados de habilitações (diploma e classificação final do mestrado) e carta de motivação de 5.000 caracteres com espaços.

As candidaturas deverão ser remetidas por correio ou e-mail para:
Cyril Isnart
CIDEHUS da Universidade de Évora
Palácio do Vimioso
Apartado 94
7002-554 Évora
e-mail: isnart@uevora.pt

Appel d’offre pour une bourse post‐doctorale Gerda Henkel / LabexMed (2014-2015)

Le dossier de candidature, complet, devra être envoyé au plus tard le 16 juin 2014 à minuit à l’adresse suivante : mfavier(at)mmsh.univ‐aix.fr

Call for application for post‐doctoral grant marked LabexMed (2014-2015).

The deadline for the submission of the full application file is 16th June 2014 at midnight (French time) at the following address:mfavier(at)mmsh.univ-aix.fr

 

Dossier de candidature / Application file (PDF)_2014

***

Dans le cadre d’un partenariat entre la Gerda Henkel Stiftung et leLaboratoire d’excellence sur les études méditerranéennes coordonné par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix‐en‐Provence), une bourse post‐doctorale de type incoming sera attribuée en octobre 2014, pour une durée de 12 mois, à un jeune chercheur.

Le chercheur post‐doctorant sera accueilli dans une des unités de recherche partenaires de LabexMed.

Disciplines : archéologie, histoire, histoire de l’art, anthropologie.

Le projet de recherche présenté devra relever de la thématique de recherche « Patrimoines : enjeux, pratiques, représentations ».

Financement :

Le montant de la bourse post‐doctorale est de 1 700€ par mois.
Les frais d’hébergement du post‐doctorant seront pris en charge pendant son séjour en France jusqu’à un maximum de 700 € par mois.
Les frais d’assurance médicale sont à la charge du post‐doctorant.

Conditions d’admission :

L’examen des candidatures portera sur la qualité du dossier scientifique ainsi que sur celle du projet post‐doctoral et son insertion dans les axes de recherche de LabexMed.

Les conditions d’éligibilité sont les suivantes :

  • Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat à la date du dépôt de candidature (thèse soutenue).
  • La candidature peut être déposée au maximum 6 ans après la date de soutenance de la thèse.
  • Une pratique courante de la langue française est souhaitée.