Les sculptures de la Semaine Sainte à Valladolid. Du musée à la procession et vice versa

Dans le cadre du projet Merap-Med, Nathalie Cerezales propose d’étudier le statut des pasos. Ces ensembles de sculptures sont promenés dans les rues lors de la Semaine Sainte, l’un des évènements majeurs de la vie religieuse espagnole. Les pasos sont, d’un point de vue religieux, l’intermédiaire et le matériel principal pour que s’accomplisse le rituel de la Semaine Sainte espagnole, puisque chaque année, durant une semaine entre mars et avril, les fidèles catholiques commémorent par des processions la Passion, la mort et la résurrection du Christ.

À Valladolid, capitale de la Communauté autonome de Castilla y León au Nord Ouest de l’Espagne, les pasos ont été réalisés par les plus grands sculpteurs castillans, tels que Francisco del Rincón (1567-1608) ou Gregorio Fernández (1576-1636). C’est au titre d’exemples de l’histoire de l’art espagnol que certaines de ces œuvres sont exposées au Musée national de sculpture de Valladolid.

Caractéristiques des œuvres en bois polychrome de l’art baroque espagnol, les pasos, de taille humaine ou légèrement supérieure, se signalent par leur réalisme. Chaque personnage est représenté en mouvement afin d’accentuer l’effet de réel et l’aspect dramatique des scènes évoquées, puisqu’il s’agit de susciter la dévotion et de permettre aux fidèles de s’identifier aux scènes représentées.

 image-1-paso-de-la-elevacion-de-la-cruz

Image 1 : La Elevación de la Cruz, Francisco del Rincón (1604) durant la Procession de la Sagrada Pasión del Redentor, 18 avril 2014. ©Nathalie Cerezales

 

La Semaine Sainte est organisée, en accord avec les autres instances, par des confréries pénitentielles, composées de laïcs. La ville de Valladolid en compte une vingtaine, dont le quart a été créé avant le 16e siècle. Les pasos aujourd’hui conservés au musée appartenaient originellement à ces confréries dites « historiques ». Avec l’arrêt des processions à la fin du 18e siècle et les vagues de nationalisation des biens du clergé, (appelées desamortizaciones), et plus particulièrement celle édictée par le Premier ministre Juan Alvárez Mendizábal en 1835-1836, les pasos entrent dans le domaine public et intègrent les collections du musée.

Ce n’est que dans les années 1920 que les images sont à nouveau sorties en procession.

Ainsi, les quinze autres confréries de la ville sont majoritairement le fruit de cette redécouverte au 20e siècle et plus particulièrement dans les premières années du régime Franquisme (1939-1975), qui s’accompagne d’une exaltation des valeurs religieuses et des manifestations de foi populaire.

La création de ces nouvelles associations donne lieu à une reconfiguration de la célébration, à la redistribution des images entre les confréries et à la recherche de nouvelles sculptures à porter en procession. Par exemple, le paso Sed Tengo, conservé au Musée national de sculptures, commandé par la confrérie « historique » Nuestro Padre Jesús Nazareno, est aujourd’hui promené par la Confrérie pénitencielle del Santísimo Cristo Despojado, Cristo Camino del Calvario y Nuestra Señora de la Amargura, créée en 1943.

image-2-pasp-sed-tengo

Image 2 : Sed Tengo, Gregorio Fernández (1612-1616) durant la Procession de la Sagrada Pasión del Redentor, 18 avril 2014. ©Nathalie Cerezales

 

Le cas de la Hermandad universitaria del  Santísimo Cristo de la Luz, fondée en 1941, illustre le changement de fonction de certaines sculptures à l’ère contemporaine. Comme les autres nouvelles confréries de l’époque, cette dernière se met en quête d’une œuvre pour en faire « son » paso. Son choix se porte sur le Cristo de la Luz (vers 1630), œuvre de Gregorio Fernández. Cette dernière se trouvait originellement dans une chapelle de l’église San Benito de Valladolid et a été nationalisée en 1835. Elle appartient aux collections du musée depuis son ouverture en 1842. Prêtée depuis 1941, elle orne la chapelle de l’université et sort en procession chaque année.

image-3-Cristo-de-la-luz

Image 3 : Cristo de la Luz, Gregorio Fernández (1630), durant la procession del Santísimo Cristo de la Luz, 17 avril 2014, © Nathalie Cerezales

Pour les Confréries pénitentielles et notamment pour celles qui promènent des œuvres conservées ou appartenant au Musée national de sculpture, les pasos sont un emblème. Ces confréries portent d’ailleurs souvent un nom lié à l’iconographie de l’œuvre à laquelle elles rendent culte et la procession des pasos constitue l’évènement principal de la vie de ces associations religieuses.

Chaque confrérie organise son propre défilé dans lequel elle promène son ou ses images, transportées au son des tambours, par les confrères, qui revêtent pour l’occasion l’hábito procesional.

image-4-membres-confrerie-cristo-de-la-luz

Image 4 : Membres de la Hermandad universitaria del Santísimo Cristo de la Luz, durant la procession del Santísimo Cristo de la Luz, 17 avril 2014, © Nathalie Cerezales

 

Le Vendredi Saint, la procession générale de la Sagrada Pasión del Redentor réunit les trente-deux pasos de la ville. Les confréries se succèdent dans un même parcours, retraçant dans l’ordre chronologique les scènes de la Passion du Christ, depuis la Dernière Scène jusqu’à l’image de la Solitude de la Vierge. Pour l’occasion, les autorités civiles et religieuses siègent ensemble à une tribune d’honneur, sur la place principale de la ville, les confréries marquant le pas devant ces dernières lors de leur passage.

image-5-membre-confrerie-sagrada-cena

Image 5 : Membres de la Cofradía penitencial y sacramental de la Sagrada Cena, s’arrêtant devant la tribune d’honneur, lors de la durant la Procession de la Sagrada Pasión del Redentor, 18 avril 2014. ©Nathalie Cerezales

L’aspect spectaculaire et scénarisé des processions de la Semaine Sainte, notamment lors de la procession du Vendredi Saint, point culminant de la célébration dévotionnelle, fait de ces évènements l’une des ressources touristiques de la ville. La Semaine Sainte de Valladolid est considérée par les habitants comme la « Grande Semaine » de la cité et elle est l’une des plus célèbres du pays. Elle attire chaque année des milliers de touristes et de fidèles, venus « visiter » ce « musée dans la rue ».

Ainsi, l’intérêt de la Semaine Sainte de Valladolid repose sur le spectacle produit par la procession des pasos. Face à l’hégémonie sur le marché du tourisme de la Semaine Sainte de Séville, célèbre pour son patrimoine culturel, ses chants et son « ambiance », le pouvoir d’attraction de celle de Valladolid réside dans la qualité artistique des œuvres présentées.

L’idée majeure de ce projet est d’analyser, au-delà de l’étude du processus de patrimonialisation de ces objets, les interactions et les relations tissées entre les différents acteurs de ce patrimoine : le musée, les confréries et les autorités publiques.

Conservés au sein de l’établissement depuis son inauguration (1842), les pasos du Musée national de sculpture sont en effet le seul exemple espagnol d’œuvres quittant temporairement un musée public national afin de remplir leur fonction originelle religieuse. Ils sont à la croisée de deux conceptions distinctes de l’objet. Le musée est en effet le garant de la conservation de l’œuvre et met en lumière une vision historique et artistique des sculptures, tandis que les confréries y voient avant tout un objet dévotionnel. Un conservateur est désigné chaque année afin de veiller à la préservation des œuvres durant la Semaine Sainte. Il a le pouvoir d’arrêter les processions s’il considère que l’œuvre appartenant au musée est en mise en péril, notamment par des conditions climatiques défavorables. Sujet de friction, la procession des pasos est également un point de rencontre entre ces différents acteurs, dont l’association avec l’Église locale a permis, dés les années 1920, de remettre au goût du jour les processions dans la ville de Valladolid, puisque l’équilibre, quelque peu précaire, trouvé entre valeurs patrimoniales et religieuses assure tant à la ville qu’au musée et aux confréries visibilité et renommée.

Ce premier terrain sera comparé en 2015, à celui de la ville de Murcie dans le Sud-Est de l’Espagne, dans laquelle les pasos créés par l’artiste Francisco Salzillo (1707-1783) appartenant à la cofradía Nuestro Padre Jesús Nazareno, sont conservés dans l’église de l’association pénitentielle, incorporée au musée municipal consacré au sculpteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *